Badiou, Nom De Diou !

La rubrique s’intitule : "C’est Son Avis".
Manière comme une autre de dire que ce n’est point le notre.
Comprendre celui du quotidien
Le Parisien/Aujourd’hui En France.
Et c’est en page 9 de l’édition N° 2207 du samedi 22 décembre.
Une page que je vais faxer illico-presto à celles et ceux de mes proches qui ont eu la faiblesse de croire que
Sarkozy pouvait peut-être …

Peut-être quoi, d’ailleurs ?

Je crois qu’ils ne le savent pas (ou plus) eux-mêmes.

Sur cette page, le philosophe Alain Badiou te remixe copieusement la Rolex (qui n’empêche pourtant pas de se radiner au Vatican avec 25 minutes de retard …) et le "bling bling" assourdissant d’une Droite Sarkozyste qu’aurait comme des relents de "pétainisme", le "pétainisme" – et c’est là la bonne nouvelle – appelant (logiquement) à la Résistance.

Une Résistance qui d’après Alain Badiou se situe actuellement "en dehors des partis." [Comme celles et ceux qui s’opposent aux expulsions d’enfants, dénoncent le placement de nourrissons dans des centres de rétention … ou ICI aussi]

Ce dont on se doutait : c’est quand même pas DSK, Royal, Delanoë (rien que d’écrire leurs noms j’hésite entre rire aux éclats, me bourrer la gueule à grand coup de Villageoise ou m’exiler aux Galapagos) ni même le Besancenot qui vont nous sortir de ce pétain .. de ce pétrin !

Le passage-clé de cet entretien accordé par Alain Badiou au quotidien Le Parisien/Aujourd’hui En France n’appelle pas vraiment de commentaire, tant tout y est clair, net et précis, n’appelle pas de commentaire, certes, mais t’invite en cette veille de Noël et de misère qui nous pend au derrière – Je te rappelle que Bruxelles nous ordonne de combler fissa notre déficit sinon ça va chier pour notre matricule – t’invite, disais-je, et à la réflexion, et à la vigilance.

Le voici :

"Il y a en France une tradition particulière qui est l’exact symétrique de la France universelle des Lumières et des droits de l’homme.
Face à la
Révolution de 1789, aux mouvements ouvriers du XIXè siècle, au Front Populaire, à la Résistance et à Mai 68, il existe un autre courant, droitier et conservateur, qui combine un certain nombre de traits.
Ses aspects sont connus : présenter comme révolutionnaire une politique réactionnaire.
Valoriser les modèles étrangers en laissant croire que la France est en retard [1] ; désigner une minorité comme suspecte et proposer son contrôle et sa répression de manière énergique [2] ; enfin, montrer dans le passé un événement mauvais avec lequel il faut en finir. Mai 68 dans le cas de Sarkozy, le Front Populaire pour Pétain.
Cette tradition remonte en réalité à
1815, au moment où ceux qui avait fui le pays à la Révolution sont revenus avec l’idée de la Contre-Révolution.
Il existe depuis dans notre pays un conservatisme particulier qui apparaît régulièrement dans les moments de changements qui inquiètent.
Dans mon livre, j’appelle "pétainisme" ce courant dont le lien avec le sarkozysme est à mes yeux évident."

Et Alain Badiou ajoute :

"(…) Sarkozy est (..) l’homme d’une minorité revancharde [3] qui instrumentalise la peur pour son intérêt.
On a des indices de cette revanche : une droite enfin décomplexée clamant que c’est très bien d’être riche et considérant que ce qu’il y a à dire aux pauvres, c’est qu’ils travaillent plus pour l’être moins."


J’ajouterai que cette droite bien décomplexée propose également aux pauvres de l’être moins en sacrifiant leurs dimanches (et donc leur vie de famille ..)

Car, qui va travailler le dimanche pour espérer être moins pauvre ?

Ben les pauvres, bien sûr !!

A ce propos, et tout en précisant que je ne suis pas particulièrement sensible aux discours de quelque religion que ce soit, je dois avouer que je fus agréablement surpris par celui du Pasteur Claude Baty – Président de la Fédération des Protestants de France – quant à cette proposition de faire trimer les pauvres gens le dimanche afin qu’ils aient les moyens pécuniers de subvenir à leurs malheurs (Cetelem, tu connais ?)

Claude Baty pose quatre questions courtes et néanmoins essentielles :

1 – Pourquoi travailler plus ?
2 – Pourquoi gagner ?
3 – Pour qui ?
4 – Pour quelle vie ?

Tu as quatre heures, sachant que tu peux t’appuyer sur ce bon Albert Camus qui disait :
"Toute vie dirigée vers l’argent est une mort."

Sachant aussi que tu n’as pas le droit du tout de répondre que tu n’as pas ou qu’on ne te laisse pas le choix.
On a toujours le choix.
Juste, ça demande, ce choix, une telle énergie et un tel courage que l’on est généralement tenté d’y renoncer, alors qu’en réalité en y renonçant c’est à nous-même que nous renonçons.

Quant à Badiou, il serait bienvenu sous ton sapin mardi vers minuit, ou mercredi dès potron-minet, il ne t’en coûtera que 14€, mais cette somme modique te rendra plus riche et plus fort quand tu auras fini la lecture de son livre intitulé :
"
De Quoi Sarkozy Est-Il Le Nom ?"
Quand bien même tu en devinerais désormais la triste réponse.

C’est pourquoi mon ‘ternaute, je te ne souhaite pas "Joyeux Noël", mais "Banzaï !" à l’image de la bordélique et joyeuse équipe du Groland.

[1] La France est tellement en retard, dis-donc, qu’elle se classe au cinquième rang mondial en terme de productivité.
Pas mal pour un pays dont certains disent (la Droite, toujours, mais aussi l’Extrême-Droite) que ce serio un pays de fainéants, non ?

[2] D’où la création d’un ministère … de l’Immigration & de l’Identité Nationale, avec entre autre des quotas d’éloignements .. d’expulsions à l’année !

[3] Combien de fois Sarkozy n’a-t-il pas dit qu’il allait TOUS les niquer ?

PS : en page 29 du même quotidien, Yannick Noah nous informe qu’il fut contacté par l’Elysée pour le grand concert du 14 juillet.

Où l’on apprend que c’était Johnny Hallyday – le gars qui voulait s’exiler pour ne plus payer d’impôts en France – qui était souhaité mais que le Johnny n’était pas libre et que Polnareff – le type qui s’est exilé parce qu’il avait oublié de payer ses impôts et pour ne plus en payer … – n’était que le troisième choix, le deuxième étant Noah – le type qui voulait s’exiler si Sarkozy arrivait au pouvoir – qui aura donc refusé l’invitation.

Pourquoi ?

Parce qu’il fallait ABSOLUMENT faire une photo avec le Président.
Option non négociable.

Et, d’après Noah, l’Elysée était prêt à débourser une somme "totalement indécente" et que allez, on dira que la photo, si ça vous gène tant Yannick, ce pourrait être au profit d’associations …

Je crois que là non plus ça n’appelle aucun commentaire, si ce n’est que l’on comprend mieux comment et pour quelles mauvaises raisons certains artistes finissent par se rallier à la bannière sarkozyste.

Certain artistes, mais aussi certains politiques ..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s