L’Etat De Crasse [Un Billet Pas Gentil]

Or donc il y eut l’Etat de Grâce (exception faite du 14 juillet, ou le chef de l’Etat rompit avec cette tradition) phénomène étrange de type paranormal accompagnant l’élection d’un nouveau chef d’Etat (c’est comme si les adultes recommençaient à croire au Père Noël, en gros ..) Etat de Grâce qui, comme de bien entendu, ne dépassa pas les six mois.

Cette période assez invariable de six mois doit tenir au fait que l’élection présidentielle trouve son épilogue en mai, mai où l’on se sent guilleret, les beaux jours sont de retour, on est d’humeur badine, prêt à croire en tout, voire à n’importe quoi, on s’ébaubirait presque à la vue d’un yacht mouillant vers l’île de Malte, ensuite de quoi, pas bégueule on s’casse à la Grande Motte ou à Mimizan se hâler la couenne et mater la femme d’à côté pendant qu’d’autres se pavanent à Wolfeboro.

Tu t’dis, l’air de rien, qu’elle est quand même belle cette chienne de vie, qu’on est bien, là, décontracté du gland, et qu’on bandera quand on aura envie de bander, mais ça n’dure pas, voilà qu’c’est déjà septembre, ah comme le temps passe vite, y’aurait comme ces douleurs articulaires qui r’pointeraient l’bout d’leur nez, les douloureuses qui s’amoncellent pêle-mêle dans nos boîtes-aux-lettres, aïe, ça sentirait comme la fin de l’Etat de Grâce, mais non …

… Y’a la Coupe du Monde de Rugby garçon, avec Bernard sélectionneur Madranges et sécrétaire d’Etat pré-annoncé, de quoi faire vibrer, distraire surtout, la population qu’a paumé son pouvoir d’achat, mais boum patatras, l’équipe à Bernard sort par la p’tite porte, laminée par des pumas, c’est fini …

… Ou presque, car c’était sans compter sur Dati par ci, Dati par , le nouveau visage de la France, Dati qui fume le cigare, qui est de tous les voyages sarkoziens, qui pose même habillée Dior à la Une de Lagardère Hebdo, mais c’est juste qu’un plan à badauds, un attrape-nigauds, des paillettes pour les barbeaux, la réalité, la cruelle, elle se radine, et plus vite que ça nom de Dieu, même que ça commence à brinquebaler sévère à la Lanterne, que ça tangue copieux à l’Hôtel Matignon, ca y est, les empêcheurs de tourner en rond sont déjà dans la rue, ch’minots, fonctionnaires, étudiants, ça gueule, ça gronde, ça vocifère …

… En lousdé cependant, ça ourdit, ça négocie, ça s’arrange, et sur le dos de qui, bah, vous l’savez bien, sur l’dos d’nous autres, les petits, les sans-grades, les jamais contents, et qui pourtant, s’bouffent le nez entre eux, quand c’est pas l’cul, tant c’est pas la solidarité qui nous étouffe à nous autres les souffrants, même qu’on est bon qu’à s’tirer dans les pattes, à s’envier les acquis de l’autre, privé contre public, et ça fait les affaires de qui, bah, de toujours les mêmes, les dominants, ceusses qui en bénéficient vraiment et depuis des putains de lustres de régimes très très spéciaux, même qu’ils se les améliorent pendant qu’on s’entretue de jalousie malsaine, se les améliore de 173%, c’est vous dire le mépris, l’immense mépris dans lequel ils nous tiennent … 

… Mais après tout, n’est-ce pas notre faute, car comment pourraient-ils nous considérer autrement, les dominants, vu que notre temps, nous le passons non pas à nous serrer les coudes, à nous entraider, à nous épauler, mais à nous bouffer et nez et cul, comme des cons, comme des glands.

Ah ça non, c’est pas la solidarité qui nous étouffe, ni l’égoïsme qui nous occit, et quand il faut chier sur son voisin qu’aurait un acquis qui nous r’viendrait pas, ah ça, on n’est pas les derniers.
C’est pas la honte qui nous encombre, c’est moi qui vous l’dis.
Pourtant l’voisin, avec son p’tit acquis, faut savoir qu’il gagne pas des cents et des mille, il tirerait même la langue comme toi, tu vois.
En fait c’est sur ton frère que tu cagues ; ton frère d’infortune.

Mais où en étais-je ?

Ah oui.

C’est fini, l’Etat de Grâce.

Tu penses peut-être, que j’ferais allusion à c’lui du père Sarkozy.

Ben non.

Sarkozy, il t’emmerde, il serre la main au Poutine, alors qu’il avait juré craché qu’il le f’rait jamais, il reçoit le Hezbollah sans que personne ne moufte alors que quand ce fut Ségolène, c’qu’on a pas entendu, et comme rien ne l’arrête, il reçoit même le Kadhafi, Kadhafi qui s’permet de l’moucher, de l’contredire, de l’démentir !

C’qui faut pas faire, endurer, se fader, hein Nicolas, pour signer des contrats, contrats dont certains datent de 2004, quant aux autres, c’est pour 2008 ou 2022, même que c’est pas des contrats, juste des options, des peut-être que ça va se faire, mais on verra

C’est dire s’il est déjà loin le temps où Nicolas droit dans ses talonnettes nous assurait presque la larmichette à l’oeil qu’il ne nous mentirait pas, qu’il ne nous trahirait pas.

Mais peu lui chaut à Nicolas, il est encore là pour cinq ans moins six mois, plus de temps qu’il n’en faut pour trouver de nouveaux plans à badauds, de nouveaux attrape-nigauds, des paillettes pour les barbeaux.

Mais ça va pas être de la tarte.

Y’aura pas toujours l’Kadhafi qui viendra cacher la misère qui nous pend au derrière.

Car vois-tu pendant qu’ce bouffon paradait dans Paris, tombait une inquiétante nouvelle, une info pas sympa qui ne fit que 5 lignes dans tes journaux.

La voici :

"Bruxelles estime que la France (donc Sarkozy/Fillon) prend des mesures limitées pour réformer son économie et RECLAME (c’est un ordre, donc ..) un renforcement CONSIDERABLE des efforts de réduction du déficit."

Alors, je sais, tu peux dire qu’on emmerde Bruxelles et que Bruxelles nous emmerde, sauf que ça ne marche pas comme ça, mon ami.

J’te rappelle que t’as un mini-traité dans l’cul.

Et que les efforts CONSIDERABLES, c’est toi, c’est moi, qui va les faire.
C’est sûrement pas
Sarkozy ! – et d’ailleurs j’te fais l’pari qu’en 2008, il va multiplier les voyages à l’Etranger, pour te faire croire à la grandeur, au prestige, à l’influence CONSIDERABLE de la France.
Qui prendra ensuite la présidence de l’Europe.

Oui, cette info qu’est passée inaperçue pour cause de Kadhafi, elle va nous éclater à la gueule juste après le réveillon de la Saint-Sylvestre.
Pour nous, c’est donc l’Etat de Crasse qui commence.

Crasse parce qu’on va devoir mettre les deux mains entières dans l’cambouis pour redresser l’pays en trimant beaucoup plus que prévu et pour des peccadilles, des RTT de misère qu’on nous r’vendra à prix cassés.

Crasse, parce que ce s’ra toujours pas la solidarité qui nous étouffera, et que pour s’en sortir, on s’ra toujours pas les derniers des mesquins, les derniers des médiocres, pour y faire une crasse de salopard au voisin qu’aurait un acquis qui nous déplairait, une crasse de dégueulasse à notre frère d’infortune.

Publicités

A propos Philippe Sage

Empêcheur de tourner en rond.
Cet article a été publié dans Opinion. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’Etat De Crasse [Un Billet Pas Gentil]

  1. æklghf dit :

    Mouais … c\’est exactement comme ça : "ils"  nous prennent pour ce qu\’ "on" est, et "ils" ont raison  puisqu\’à chaque fois, "on" en redemande.

  2. Philippe dit :

    "Ils" nous prennent pour ce qu\’on hait, aussi …Mais j\’en redemande pas moi.Ah mais du tout.J\’veux aut\’chose …Mais en fait, j\’dis ça, mais m\’en fous ..J\’ai une histoire qui m\’attend, et c\’est tout c\’qui compte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s