J’Vais Te Le Faire Bouffer Ton P***** De Vélo A La C**

Déjà, préciser que je n’ai rien, mon ami, mais absolument rien contre la prolifération du vélo en ville.
Même que je le jure sur la tête de
Christine Lagarde et de Jean-François Copé réunis …
C’est vous dire si J’AIME le vélo …

Ensuite, rappeler que je fus naguère un excellent … un remarquable … un sympathique automobiliste pas plus ni moins grossier qu’un autre, je dirais même que je respectais totalement … qu’il m’arrivait de respecter de temps en temps mon cousin cycliste, quand bien même brûlait-il allègrement feux rouges et panneaux "Stop", quand il ne sortait pas de sa piste cyclable pour, en danseuse, investir la chaussée où, bien évidemment, il m’était impossible de tenter le moindre dépassement, de sorte que, c’est les yeux rivés sur le cul immonde de cet enc .. de ce maudit cycliste, que je me voyais contraint et forcé de rentrer chez moi en seconde, ce qui, vous en conviendrez, est assez énervant, pour ne pas dire autre chose.

Disons que ce genre de comportements n’aident pas vraiment à apprécier à sa juste mesure le citoyen-cycliste qui sur son vélo – et je m’en voudrais d’être désagréable mais tant pis je vais l’être – ressemble plus à un crapaud posé sur une boîte d’allumettes qu’à Christophe Moreau ; Christophe Moreau qui bien qu’étant cycliste professionnel, ne ressemble pas à grand chose (non plus) sur un vélo, et d’autant plus après avoir franchi un col hors-catégorie et deux de première catégorie.

Alors c’est vous dire à quoi peut bien ressembler le citoyen Jean-Claude sur sa trottinette à dérailleur dans la ridicule petite montée du Faubourg Bonnefoy de Toulouse.

A rien.

Certes, je te l’accorde, les gens, nous autres automobilistes que je ne suis plus, c’est pas mieux.

Disons que nous n’avons plus grand chose d’humain dès que nous nous retrouvons derrière un volant.
Je crois même pouvoir dire que c’est dans une automobile que j’ai considérablement, énormément enrichi mon vocabulaire de charretier.

Oui, c’est derrière le volant d’une Simca 1100, d’une 4L TL ou d’une Ferrari … d’une Punto S de 1996 que j’inventais les plus grossières et les pires des injures.
Injures destinées à l’autre, qu’il fut motorisé comme je l’étais, ou pas.
Ou pas, surtout.
Car je ne vous cacherai pas plus longtemps que le cycliste et le piéton ont dû entendre leurs esgourdes siffler tant l’injure était du genre gratinée.

A croire que derrière un volant, on devient qu’un sale gros con abhorrant son prochain.

Si en plus, on y ajoute cette incompréhensible propension à se gratter le nez dès le premier feu rouge venu, avouez que le profil-type de l’automobiliste est assez terrifiant ! – Incompréhensible, car à l’accoutumée, on préfère se gratter le nez à l’abri du regard des autres …
Or, s’il est vrai que dans un véhicule nous sommes à l’abri, nous ne le sommes absolument pas du regard des autres vu que le dit véhicule est équipé de vitres dont la particularité malheureuse est d’être transparentes …
Vous me direz, comme tout le monde se gratte le nez au feu rouge, personne ne le remarque.
Personne, sauf le piéton.
Ce qui prouve bien, au passage, que l’automobiliste se fout complètement du piéton.


A propos de charretier et de "grattage de nez", je me souviens de cette fille avec qui je fis les vingt huit kilomètres séparant
Aix-en-Provence de Marseille.

C’était lors de l’hiver 1995.

Tarzan et ses routiers bloquaient les raffineries françaises et nous autres automobilistes commencions sérieusement à manquer d’essence ; c’était comme qui dirait Mad Max sous la neige, et nous n’avions d’autre choix que de pratiquer le covoiturage pour gagner notre lieu de travail.

J’étais assez content de me retrouver dans la voiture de cette collègue de travail.
Parce qu’elle était fraîche, drôle, plutôt jolie, mais surtout – et ça, je ne résiste pas – particulièrement élégante.
Je pensais même que, chez elle, c’était naturel.

Sauf que ce jour-là, et sur vingt-huit kilomètres c’est une toute autre fille que j’ai découverte.
Je vous jure que des insultes, j’en connais, mais alors là …
[Sifflement admiratif ..]

C’est fou comme l’automobile peut révéler la face cachée et souvent peu reluisante d’un être que jusqu’ici l’on trouvait beau, voire que l’on portait aux nues …

Alors un bon conseil d’ami, si une fille (ou un garçon) te plaît, ben vas-y à pied ..

Enfin, bon, bref, cela fait maintenant près d’un an que je ne pratique plus l’automobile et que je suis, comme dirait l’homme du Poitou, un piéton qui marche parmi la population.

Et je vous assure que ça (vous) change la vie.

D’abord parce que l’on découvre enfin la ville dans laquelle on s’ennuie, ce qui n’est pas le cas derrière un volant.
Ensuite, parce qu’on n’a plus aucune raison de se gratter le nez en public ni d’insulter la terre entière.
En enfin, parce que le trottoir étant le domaine réservé du piéton, on peut déambuler tranquille, quand ce n’est pas flâner ou traînasser ..

A la limite, on en deviendrait presque sociable.

En tous les cas, ma relative aversion pour le cycliste qui ne respecte absolument pas le Code de la Route, pour le cycliste qui parce qu’il n’émet pas de CO2 (ce qui reste à prouver …) pense être un meilleur citoyen que les autres, du moins que l’automobiliste ou son frère motard ou "scootiste", cette aversion-là s’était quasiment évanouie, même que, j’en venais à trouver qu’il était bien courageux ce citoyen tant il faut en vouloir pour pratiquer le vélo dans le froid ou la pluie glacée.

Sauf que …

…. Depuis que prolifèrent les "Velib" et autres "Velôtoulouse", prolifération dont la raison (le prétexte fallacieux, moi je dis …) serait que la planète elle va mourir, et donc, ce serait bien que tu te mettes au vélo mon citoyen – comme si c’est en faisant du vélo qu’on allait sauver la planète, non mais laissez-moi rire ! – nous autres les piétons, nous ne sommes plus du tout maîtres de notre espace.

Et pourquoi ?

Eh bien parce que le cycliste a investi NOTRE trottoir.

Pourtant, il a la piste cyclable à portée de roues.
Une piste cyclable dégagée, si ce n’est déserte !
Mais non.
Non, il vient faire sa danseuse sur le trottoir, le cycliste.
Pire, il nous frôle, il nous suce le falzar avec son boyau, ferait même un petit geste d’énervement parce qu’on ne s’écarterait pas, ou pas assez vite pour le laisser passer !

Non mais oh !
Ca va pas bien, non ?

Quoi qu’il en soit, ça commence à m’escagasser sérieux le ciboulot.
J’ai quand même pas abandonné la voiture, et donc mon encyclopédie d’injures pour me faire e******* par des cyclistes de m**** qui ne respectent rien, b***** de Dieu !

Alors, je le dis, de façon très calme et dans la plus grande des sérénités bouddhistes, je le dis sans tabou, ni le moindre a priori :

Le prochain cycliste qui sur MON trottoir viendra me chatouiller les jambes et les arpions avec son vélo …

… qui viendra me faire CHIER avec son vélo de MERDE, là !
Ah PUTAIN DE SA RACE, je le lui fais bouffer vivant son vélo à la CON à ce bobo de mes COUILLES, porte-bagages compris !

Et encore, et je vous l’assure, je suis poli !
C’est vous dire quand je m’énerve.


Publicités

2 commentaires sur “J’Vais Te Le Faire Bouffer Ton P***** De Vélo A La C**

  1. Muhuhahahaha les requêtes entrantes que tu vas te taper 🙂
    Vraiment je me marre, je suis à des centaines de milliers des problèmes des villes, avec le recul, et toute la route pour moi tusseule et que c\’est jouissif.
    Allez, teh, je roule à gauche demain.
    Des bizettes.

  2. Ben finalement non, vois-tu, aucune(s) requête(s) entrante(s), ce qui prouve bien que les cyclistes sont des petites b****.Comme TOUS les rugbymen (hormis Dominici …)Surtout les rugbymen à XIII (private joke ..)Et si là y\’a pas des réactions, ça voudra dire que c\’est vrai :-)[Mine de rien, je viens de me mettre à dos les rugbymen à XIII … Mais je t\’attends, rigolo ..)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s