Usual Sarko

Je ne sais pas toi, les gens, mais je ne me souviens pas d’un journal télévisé où il ne fut pas montré une image de Nicolas Sarkozy, d’un journal télévisé, radiophonique ou de presse écrite où l’on ne prononça pas son nom, quand ce n’est pas juste son prénom (comme Eric Zemmour sur i>télé par exemple …).
Et si je ne parviens pas à m’en souvenir, c’est qu’il doit être bien loin, ce journal.

A vol d’oiseau, je dirais qu’il pourrait se situer en 2002.

Tu te rends compte ?

On vient de se prendre cinq ans de Sarkozy tous les jours dans nos journaux !!!
Un
quinquennat médiatique en quelque sorte, véritable et gigantesque "buzz" d’un quiquennat présidentiel, ce dernier étant – mais comment s’en étonner ? – hypermédiatique.

Pourtant, étrange paradoxe, je ne suis pas favorable à cette journée sans Sarkozy – oui j’ai changé d’avis et je t’emmeeeerde ! – car si tous les médias de France décidaient, le 30 novembre prochain, de ne point évoquer l’actualité du chef de l’Etat, on ne parlerait que de ça, et donc encore de lui, au Café du Commerce.
Une journée sans Sarkozy c’est aussi une journée avec lui.

Elle est pas belle la vie ? On n’est pas bien là, décontracté du socialiste (qu’est donc un gland ..) ? Et on s’opposera quand on aura envie de s’opposer (mou, évidemment, vu la tête du gland en question ..) !

Or donc, une fois encore, notre président de la République occupa hier, dimanche 4 novembre, tout l’espace médiatique.

Comme on dit dans les journaux, il "s’envola" (tel Superman ..) pour N’Djamena, "libéra" 3 journalistes français et quatre hôtesses espagnoles, ne put éviter de poser aux côtés de son homologue Tchadien

… Alors là, ça mérite une pause dans le déroulement cinématograthéâtrale de cette abracadabrantesque journée, tant l’homologue en question est tout sauf un enfant de choeur.
Et comme c’est étrange de parader, même gêné aux entournures, à ses côtés !
C’est pas le premier, vous me direz.
On a eu aussi un Sarkozy, au sourire pincé et au nez bouché, certes, mais on l’a vu aussi aux côtés de son "homologue" Libyen, le sinistre colonel Kadhafi, qui tiens, puisqu’on en parle, vient jouer le match retour en France avant la fin de cette année (de merde).

Dois-je une nouvelle fois rappeler que le soir de sa victoire, Nicolas – oui, je me Zemmourise, au point où nous en sommes, autant y aller à fond – déclarait :
"Je veux lancer un appel à tous ceux qui dans le monde croient aux valeurs de tolérance, de liberté, de démocratie et d’humanisme, à tous ceux qui sont persécutés par les tyrannies et par les dictatures, à tous les enfants et à toutes les femmes martyrisés dans le monde pour leur dire que la France sera à leurs côtés, qu’ils peuvent compter sur elle."

Mais où en étais-je ?

Ah oui, en lieu et place de Kouchner (t’étais souffrante, chéri ?) monsieur Sarkozy débarque au Tchad, "libère" sept ressortissants européens grâce à l’appui de son homologue tchadien, appui consistant à faire pression sur la justice de son pays (je sais, c’est pas joli-joli, mais n’allez pas me dire que ça ne se fait pas non plus en France .. faites donc preuve d’intelligence comme le dit si bien Christine Lagarde qui donc, Lagarde, nous prend ouvertement pour des cons ..) puis sans faire ni une, ni deux, hop, remonte dans son Airbus A 319, fait une escale à Madrid pour y déposer les quatre hôtesses …

… Oui alors là, c’est énorme !!!
Nous connaissions le covoiturage et voilà que notre Sarko national invente le coavionnage !
Je suis complètement ébaubi.
Et c’est rien de le dire !
Et alors, je n’arrive pas à m’ôter une image Monthy Pythonesque de la tête, mon Sarkozy s’adresser aux hôtesses espagnoles et leur dire :
"Je vous dépose ?"
Ben oui, m’en faut pas beaucoup, mais si vous saviez comme ça fait mon bonheur !

… Ce diable de Nicolas fait donc une escale à Madrid, livre les quatre hôtesses ibériques, pose aux côtés de son homologue espagnol qu’est paraît-il socialiste (putain, il pratique même l’ouverture en dehors de nos frontières, Nicolas .. Mais qu’est-ce qu’il est trop fort !!) puis zou, il reprend l’avion et en toute fin de soirée atterrit à Paris avec nos trois journalistes dont une qui l’était à moitié, puisqu’en congé et susceptible d’adopter un enfant du Darfour appartenant à une famille Tchadienne …

Précisons tout de même que si Kouchner (sorte de zozocialiste) n’était point du voyage, ce qui est pour le moins étonnant, vu que c’est lui le Ministre des Affaires Etrangères, le chef de notre Etat était cependant accompagné de Rama Yade, secrétaire d’Etat auprès du … Ministre des Affaires Etrangères.
Sauf que, l’on se demandait bien à quoi pouvait-elle bien servir, vu qu’elle ne pipa mot pendant tout le périple.
Je me bornerai à dire,
Rama, que les voyages forment la jeunesse, mais c’est vraiment pour rester poli.

C’est curieux tout de même, non, cette propension à occuper coûte que coûte le devant de la scène ?

Ca doit porter le nom d’une maladie (grave, assurément grave ..).

Occuper le devant de la scène quitte à ne laisser aucune place, aucun espace à ses "collaborateurs" qu’ils s’appellent Rama Yade, Hervé Morin, Michèle Alliot-Marie, Bernard Kouchner, Jean-Louis Borloo (oui, le Grenelle de l’Environnement se termina par un discours-fleuve de Sarko et non, comme on aurait pu l’attendre par un du gentil organisateur, Borloo) François Fillon – Fillon qui est à Sarko ce que Pierre Tchernia est à Arthur dans "Les Enfants De La Télé".
Tous ( … QUI va rencontrer les cheminots ? Le ministre concerné, Xavier Bertrand ? Non, c’est encore Nicolas Sarkozy …) !

Tous, hormis peut-être, Rachida Dati.

Ca mériterait bien l’analyse d’un psy, mais d’un excellent, un disciple de Lacan, genre.

D’autant plus, quand on y ajoute cette autre propension : libérer otages, prisonniers ou victimes.

Qui ne se souvient pas du Nicolas Sarkozy de mai 1993 sortant d’une maternelle de Neuilly avec un enfant dans les bras, comme si c’était lui qui l’avait tiré des griffes d’Eric "Human Bomb" Schmitt ?
Ou plus récemment, dès sa prise de fonction élyséenne,
vouloir tirer des Farc, Ingrid Bétancourt, puis deux mois et quelques plus tard les infirmières bulgares "via Cécilia" des géoles Libyennes, et donc, hier, quatre hôtesses espagnoles et trois journalistes français du bourbier Tchadien.

Je me dis que ça aussi, ça doit porter le nom d’une (grave) pathologie.

Laquelle ?

J’espère que nous le découvrirons avant qu’il ne soit trop tard.

[A lire sur le passage de Sarko au Tchad : Trois Heures, Douche Comprise]


     http://stat.radioblogclub.com/radio.blog/skins/mini/player.swf

Publicités

A propos Philippe Sage

Empêcheur de tourner en rond.
Cet article a été publié dans Sarkozysme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Usual Sarko

  1. mélina dit :

    La Supermanite.
    Non même plus fort, la Sakozite, cet homme, c\’est un concept.
    des bizettes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s