La « Donc Voilàttitude »

Avant on racontait sa journée dans les moindres détails.
Ca pouvait prendre vingt, trente minutes.
Pire dans les mauvais jours.
C’était pas toujours agréable pour l’autre, qui lui aussi, avait une bonne petite (sale) journée dans les pattes.
Et des soucis, aussi.
L’autre qui ne savait comment faire comprendre au narrateur/trice que là, vraiment, ça commençait à lui prendre sérieusement la tête, ces histoires de collègues de bureau qui ne peuvent pas s’encadrer, se jalousent comme des hyènes, et que franchement, ta mère, ma chérie, si tu pouvais éviter d’en parler tous les soirs, ça me ferait des vacances, tu sais.
Pas facile de trouver l’élégance, celle qui pourrait arrêter sans bobos ce flux incessant, cette mélodie du soir, cette rengaine routinière.
Rébarbative, parfois.
Souvent, avec le temps.
Faut dire que les collègues sont toujours les mêmes, constants dans leur médiocrité, et que ta mère, elle ne changera jamais.

Oui avant, on racontait sa journée dans les moindres détails.
Un vrai rituel.
Mais plus maintenant.
Désormais, on rentre fatigué de cette France qui se lève (trop) tôt, l’autre affalé devant SA télé ou tapant comme un malade sur le clavier de son ordinateur portable émet un vague grognement qui, selon l’interprète officiel de la "Vie Conjugale", se traduit par :
"Alors c’était comment aujourd’hui ?"
Et pour réponse, il obtient :
"Oh, comme d’habitude. Rien de … Et ma mère m’a encore appelée pour savoir si on venait dimanche … DONC VOILA !"
C’est magique ce "Donc voilà !"
Il écourte drastiquement nos échanges verbaux, il arrive toujours comme un cheveu sur la soupe, on ne sait pas si l’on doit relancer, si cela signifie au contraire que la conversation est terminée, qu’il faut pas faire chier, on n’en sait rien.
Peut-être qu’on s’en fout, aussi, qu’on n’a pas envie, que ça nous arrange bien, au fond.
Comme ça, on peut mater la télé (celle qui t’isole de tout, de la vie, la vraie, la télé est une salope, brûle-là camarade !) ou brutaliser son clavier, tout comme je le fais actuellement.

Et à part ça ?

Eh bien à part ça, Michael Rasmussen a été ENFIN exclu du Tour de France.
Et je n’aurai qu’un commentaire à faire :
"Donc voilà …"

Publicités

A propos Philippe Sage

Empêcheur de tourner en rond.
Cet article a été publié dans Entracte. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La « Donc Voilàttitude »

  1. mélina dit :

    C\’est languedocien ou bien.
    Par chez moi, c\’est "Oualaoualaquoi".
    Des bizettes 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s