Même Le Dimanche !

5h11, ce dimanche matin …
Les cheveux en quatre, je débarque à Sud Radio.
Je suis alors du genre guilleret, je me convaincs que c’est :
"Encore une belle journée .."
Comme dans cette vieille pub de l’ami Ricoré.
Quand soudain …

Quand soudain, je tombe sur la Une d’un quotidien du Groupe Lagardère, le Une du Journal Du Dimanche :
"Sarkozy s’explique"
Et là, je ne peux m’empêcher de lâcher à voix haute :
"Alors même le dimanche …"
Et ma "guilleretude" s’évapore.

Putain, même le dimanche !

Mais quand est-ce qu’il nous laissera tranquille, cet homme-là ?
Ca fait cinq ans qu’on en bouffe du Sarko, mais depuis qu’il est élu, c’est matin, midi et soir, dimanche compris.
Il vont être longs les cin .. les dix ans qui viennent, c’est moi qui vous le dis …

Je ne commenterai même pas les trois (horribles) photos accompagnant les "explications" du chef de l’entreprise de la Nation.
Ou peut-être si.
Celle de la page 3, où il pose dans son bureau élyséen.
Surchargée.
Elle est surchargée, cette photo.
Y’en a partout.
Des bougies même pas droites, des dossiers à n’en plus pouvoir signifiant que l’homme ne cesse de travailler (pour notre bien, cela va sans dire …) des photos disposées n’importe comment, dont une en noir et blanc, flippante, où je crois reconnaître deux ombres : celle de Nicolas Sarkozy et de son fils Louis ; ils sont à l’une des fenêtres de ce bureau présidentiel, Louis regarde les jardins élyséens, son père semblant lui expliquer qu’un jour, tout ceci sera à lui.
Qu’il est le dauphin.
Je pense à George Bush père & fils.
Oui, ils vont être longs, les dix … les trente ans qui viennent.

Bien évidemment, Jacques Espérandieu – l’homme ayant trappé l’article relatant le non-vote de Cécilia le 22 avril dernier – n’évoque pas l’histoire de la Carte Bleue fournie gracieusement par l’Elysée à madame Sarkozy, et dont les dépenses étaient directement prélevées sur un compte du Trésor Public.
C’est pas vraiment le style d’un journaliste du Groupe Lagardère de parler de ce qui pourrait fâcher (le chef de l’Etat), Lagardère qui, rappelons-le, n’est pas l’ami de Nicolas Sarkozy, mais .. "son frère".
Et puis – comme le dit tout le temps Nicolas Sarkozy – AU NOM DE QUOI ?
Au nom de quoi le peuple français devrait avoir une explication quant à cette Carte Bleue ?
Pour faire plaisir au Canard Enchaîné ?

Le journaliste présumé ne parlera pas non plus de l’opposition (oui, il arrive que quelqu’un s’oppose à Sarkozy dans ce pays, c’est rare, mais ça existe encore un peu) de Martin Hirsch sur le projet de franchise médicale.
Pas plus qu’il ne dira mot de la démission du directeur de cabinet de Rachita Dati
, Michel Dobkine, qui en "avait marre de se faire insulter toute la journée."
Et pourtant, il en parle de Rachida (oui, il l’appelle par son prénom) Nicolas Sarkozy.
Elle est tellement le symbole de l’ouverture à la diversité ..

"On disait que j’étais sectaire, dit Sarkozy, que je copiais Le Pen, voilà ma réponse : Rachida Dati, Rama Yade, Fadela Amara .."

Les réponses sont simples avec Sarkozy, n’est-ce pas ?
Trop simples, à mon goût.
Mais c’est sa marque de fabrique.
Et elle est, c’est vrai, redoutable.
Doit-on lui rappeler que Le Pen a fourni exactement les mêmes réponses pour réfuter tout "sectarisme" ?
Bien sûr que non, ce serait peine perdue.

Mais au fait … 
Pourquoi a-t-il besoin de s’expliquer notre chef de l’Etat, et un dimanche de surcroît ?
Oh eh bien parce qu’il ne s’exprimera pas le 14 juillet prochain comme ses prédécesseurs le faisaient traditionnellement.
Donc il le fait, mais … le 8 juillet.
La belle affaire …
On a gagné six jours, quoi !
L’homme pressé, toujours.

Plus sérieusement, enfin, si je veux bien laisser de côté mon ironie dominicale, je note que Nicolas Sarkozy compte "entretenir un dialogue continu avec les Français (…) leur parler chaque fois que j’ai quelque chose d’important à leur dire."
Ce que je traduis par :
Cet homme va nous parler souvent, très souvent, car il ne fait nulle doute qu’il pense réellement que, ce qu’il dit, chaque mot qu’il prononce, est d’une importance capitale.
Et donc, même le dimanche.

NB : Il n’y aura pas, cette année, de grâce collective pour quelques milliers de détenus français, comme c’était le cas tous les 14 juillet depuis le début des années 90.
Sarkozy tient là encore une de ses promesses de campagne.
Mais je me disais qu’en contre-partie, il pourrait, en revanche, quelques jours avant les fêtes de Noël, gracier une dinde, comme son "ami américain", George Bush …
Non ?

Puisque j’évoquais la vieille pub de l’ami Ricoré, voici la parodie de Les Nuls.
Ca colle mieux à l’ambiance de ce billet …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s