Pleurons Avec Les Socialistes

Ce qu’il y a de bien avec les socialistes c’est que l’on passe du rire [Voir billet d’hier] aux larmes.
Partant de là, j’ai envie de dire, qu’au fond – mais alors bien au fond – le socialisme, c’est un peu (comme) la vie …

Or donc, hier soir, soit 22 jours après sa défai … son envie de conduire les socialistes vers d’autres victoires, Ségolène Royal était de retour sur un plateau de télévision.
C’était sur celui du JT de France 2.

Vous noterez au passage que ce JT du lundi de Pentecôte était présenté par Françoise Laborde et non par David Pujadas.
J’en déduis avec un délice non dissimulé que Pujadas avait donc posé une RTT pour cette journée dite de "solidarité avec les personnes dépendantes".
Ce qui n’était pas le cas chez le voisin TF1 ou PPDA était fidèle au poste.
On félicite vigoureusement le Service Public via Pujadas pour sa coopération à cette journée qui va de guingois de toutes les façons.

Mais revenons à nos socialistes afin d’expliquer l’énigmatique titre de ce billet.
Pourquoi l’intituler "Pleurons Avec Les Socialistes" ?

Eh bien parce que de toute évidence, si Ségolène Royal était de passage hier soir sur France 2, c’était pour (re)mobiliser les troupes et les électeurs que nous sommes en vue des élections législatives.
Et nous n’avons – bien entendu – pas oublié qu’elle avait promis de "nous" conduire vers d’autres victoires.

Or, ce n’est pas de victoire dont elle "nous" a parlée, mais …. de construire une "opposition nouvelle".
Une opposition nouvelle ?!?
Serait-elle donc venue nous inviter à nous mobiliser pour perdre les législatives ?
Ben ça ressemble quand même beaucoup à ça, non ?

Donc, pour faire vite, hier soir dans ses habits de présidente déchue, Ségolène est venue nous annoncer (et fièrement, en plus !) que les socialistes n’avaient aucune chance de l’emporter les 10 et 17 juin prochains, que l’affaire était salement pliée, mais … 

… Mais que ce serait "super trop sympa" de se mobiliser histoire de réélire le plus de députés de Gauche à l’Assemblée Nationale, bref, de limiter la casse, de sauver les meubles, Arnaud Montebourg compris.

J’imagine la gueule des candidats de Gauche qui triment comme des serfs dans leurs circonscriptions afin d’être, non pas réélus, mais juste élus ! 
Ségolène venait de leur sous-entendre clairement qu’ils se dépensaient pour rien, les cons !
C’est hyper mobilisateur, comme message, dite-moi !

En vérité, c’est à pleurer.
Et donc, pleurons avec les socialistes, et … "sans fatalisme" comme le préconise Ségolène (je suppose qu’elle a voulu faire de l’humour…)

Pardonnez ma cruauté, mais quand on se présente à une élection, ce n’est pas pour la perdre, mais pour la gagner, sinon autant rester chez soi.
Et quand bien même les sondages ne vous donneraient que peu d’espoir, la moindre des politesses, c’est d’afficher un visage et un moral de combattant.
Et même, oui, de vainqueur !
Quitte à faire semblant.
Ce ne serait pas la première fois !
Sinon, pour quelles étranges raisons voudriez-vous que votre électeur potentiel se déplace les 10 et 17 juin prochains ?
Pour l’honneur ?
Mais l’honneur de quoi, madame ?

Désolé, mais on ne mobilise pas un électorat (et des candidats) en leur annonçant qu’on va perdre.
En enrobant la défaite par une expression gadget-nunuche telle que "opposition nouvelle" (qui sonne comme "pommes de terre nouvelles" …….) !!

Mais l’histoire ne s’arrête pas là …
Savez-vous
les socialistes tiennent meeting ce soir ?

Au Zénith !!!!

Je suppose que c’est encore de l’humour ?

Non parce que perdu pour perdu, une … salle des fêtes (sale défaite) aurait amplement suffit…

Car, et jusqu’à preuve du contraire, ce sont les vainqueurs qui sont à leur Zénith.
Pas les perdants …

PS : Vous remarquerez qu’au début de l’entretien, Françoise Laborde demande à Ségolène Royal si elle a surmonté l’échec du 6 mai dernier, et pendant la réponse de la dame de Melle, on l’aperçoit en "incruste" sur un bateau …
Le ciel est gris, il y a du vent …
Je ne voyais pas trop le rapport avec la question posée, si ce n’est, peut-être (mais c’est super tiré par les cheveux) que cela pouvait suggérer que Ségolène se battait contre les éléments (contraires).
Et puis, je me suis souvenu du yacht.
Le lendemain du 6 mai, Sarko était sur un yacht, voguant vers Malte, sous un soleil de plomb.
Le victorieux sur un yacht baigné par le soleil ; la vaincue sur un bateau à moteur, les cheveux défaits par le vent et la pluie.
C’était cela le "message" que voulait nous faire passer Françoise Laborde hier soir ????

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s