La Force … Ou La Farce Tranquille ?

"Même quand je ne dis rien, cela fait du bruit"
[Ségolène Royal]
 
Villepinte ..
Voilà qui donne envie de boire, non ?
Et qui sait, si ce ne sera pas le calice.
Jusqu’à la lie.

C’est donc à Villepinte, ce dimanche 11 février, qu’enfin la candidate du PS dévoilera (une partie de) son programme, synthèse de ces fameux débats participatifs.

Alors déjà, n’ayons pas peur des mots "débats participatifs" n’est ni plus ni moins qu’un pléonasme.
Car dans un débat, forcément, on participe.
Des idées, on échange.
A moins que ce ne soit une suite de monologues.
Ce fut d’ailleurs ce que nous observâmes lors des primaires du Parti Socialiste.
Quant au concept de "démocratie participative" … Ben c’est encore un pléonasme !

Mais soyons juste, la candidate ayant été investie le 16 novembre 2006, soit à cinq mois du 1er tour, presque six du second, elle n’avait d’autre choix que de jouer … la montre !
Une campagne présidentielle étant un combat, et un combat sans merci, d’une dureté et d’une férocité sans nom, personne – pas même Nicolas Sarkozy – ne peut tenir la distance sur six mois.

Oui, pas même Sarkozy.

Et quand bien même d’aucuns prétendraient qu’il est en campagne depuis 4 ans !
Admettons que ce soit le cas, tiens !
Lui, oui.
Mais … pas les autres !!!
Et sans les autres, pas de campagne ; juste un combat politique quotidien. Parfois routinier.
De toutes les façons, Sarkozy c’est différent. Car il peut, quand il le souhaite, se réfugier (car c’est aussi un refuge) derrière sa casquette de Ministre de l’Intérieur, de l’Aménagement du Territoire et Des Cultes, quand ce n’est pas derrière celle de Président … de L’UMP.

Ségolène Royal, elle, une fois investie, n’était plus que candidate, seulement candidate.
Une cible.
Et d’ailleurs, ils ne sont pas privés de (lui) tirer dessus.
Et dans quel but ?
Dans le seul but qu’elle avançât son calendrier.
Elle ne l’aura pas fait.
Elle aura tenu ; au moins sur ce point, elle aura tenu.
Saluons sa "bravitude".

Donc, sur le calendrier qu’elle s’était fixée, elle aura tenu.
Mais à quel prix ?
Au prix fort.
Car dans l’opinion, le doute s’est installé :
Et si elle n’avait pas le niveau, la carrure, l’envergure ?
Pour s’être défait de DSK, Fabius, Jospin, de Lang et … de François Hollande, il faut croire qu’elle a plus d’un tour dans son sac – sans mauvais jeu de mots.
Mais n’était-elle pas alors portée par l’opinion, du moins par des sondages d’opinion panégyriques ?
Ce n’est plus le cas aujourd’hui, quand bien même lui attribueraient-ils – pour le moment – une place qualificative pour le second tour.

Oui, elle aura tenu sur son calendrier, mais à quel prix ?
Eh bien, au prix de décevoir !
Pourquoi ?
Parce qu’en annonçant un peu trop en amont la date à laquelle elle ferait part de ses propositions découlant de ces "débats participatifs" elle a créé un "buzz", une attente.
Et qu’on le veuille ou non, cette attente est réelle.
Et lorsque l’on crée une attente, on prend le risque de décevoir.

C’est comme lorsqu’on vous dit :
– Tu verras dans trois semaines, il va se passer quelque chose.
Vous demandez :
– Mais quoi ?
On vous répond :
– Je ne peux pas te le dire !
– Pourquoi tu ne peux pas me le dire ?
– Parce que c’est … UNE SURPRISE ! Et si je te le dis, ça ne sera plus une surprise !
Et vous voilà, trois semaines durant à vous demander ce que pourrait être cette surprise, quelle forme elle aura, jusqu’à fantasmer sur l’objet même de cette surprise.
Et plus vous imaginez, plus vous fantasmez, plus la surprise a, d’une part, tout intérêt d’en être une, et d’autre part, UNE ENOOoooOORME !
Celle à laquelle vous n’auriez jamais pu penser.

Certes dans le cas de Ségolène Royal, le doute s’étant installé, on ne s’attend pas à quelque chose d’énorme.
Mais on s’attend à un (tout) petit quelque chose, tout de même.
Et si ce (tout) petit quelque chose n’est pas au rendez-vous, alors je crains que celle qui s’autoproclamait héritière de François Mitterrand, ne soit plus la porte-parole de la Force, mais … de la "Farce Tranquille".

Ajouts – 13 février :
Le Discours de Ségolène Royal
L’analyse Impitoyable
La Mère, Elle, Ne Ment Pas

Pour les nostalgiques du temps où tout fonctionnait comme sur des roulettes, comme dirait l’homme-tronc du journal télévisé :
"Voyez ce reportage en direct de Melle !"

Publicités

2 commentaires sur “La Force … Ou La Farce Tranquille ?

  1. T\’as raison ;o) … P\’tite Marion, elle avait l\’air si désolée samedi chez le Foucault et la Flavie .. Ils n\’avaient que des questions stupides : "Comment fait-on pour incarner un tel personnage ?" … Ben, c\’est son métier, imbécile, elle est AC-TRI-CE ! Ils vont me la tuer ma Marion-que-j\’aime ! … Bande de salauds, va !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s