C’est [Quand Même] Pas Le Bayrou

Ainsi donc, trois sondages successifs [1] nous donnent François Bayrou devant Jean-Marie Le Pen, le plaçant ainsi dans cette position étrange – mais âprement disputée – que l’on nomme position du "troisième homme".

Oui, j’insiste bien sur le terme étrange car jusqu’à preuve du contraire pour passer le 1er tour, ne faut-il pas être ABSOLUMENT dans les deux premiers ?
Etrange aussi, car le destin d’un troisième homme n’est-il pas de finir quatrième .. [2] ?

Et pourtant François Bayrou s’en réjouit, déclarant, je le cite : 

"il faut rester prudent mais c’est prometteur et révélateur de quelque chose qui est en train de bouger."

Ah bon ?
Y’aurait quelque chose qui serait en train de bouger ?
Mais quoi ?
J’avoue – mais je dois être vraiment trop stupide – que je ne vois pas ce qui pourrait être en train de bouger ..
A moins que …

Mais non, ça n’est pas possible .. Mais tant pis, je l’dis comme ça me vient ….

A moins que, François Bayrou pense sérieusement que les électeurs de ce pays aient soudainement compris qu’il était l’homme de la situation, que les idées qu’il véhicule séduisent de plus en plus, que le programme qu’il nous propose nous enthousiasme, nous chavire, nous donne envie.
Bref, que ces intentions de vote soient plus que des intentions, mais un vote de conviction.

Ben non.
Enfin, j’crois pas.
Pas pour le moment, en tout cas.

Pour en avoir le coeur net, cet après-midi, nous avions conviés, Eric et moi, François Miquet-Marty, le grand ghana de l’institut de sondage Louis Harris, le fameux LH2 qui donne Bayrou à 14%.
Et ce que je craignais se confirma très vite : l

Les sondés ayant répondu "Bayrou" à la question :
"Au premier tour de l’élection présidentielle, je dis bien au premier tour, si tous les candidats suivants se présentaient, pour lequel voteriez-vous ?"
sont d’après François Miquet-Marty :

– Des déçus de Ségolène Royal et du PS en général.
– Des déçus de l’UMP ne croyant absolument pas au Sarkozy qui a changé.
– Des déçus (et surtout des fatigués) de la Gauche Radicale incapable de se mettre d’accord pour présenter un seul candidat.
– Des déçus du fait que Jean-Pierre Chevènement ait renoncé à sa candidature pour se ranger derrière (et non pas : aux côtés) de Ségolène Royal.
– Et vous n’allez pas le croire, il y a même des électeurs du Front National qui se disent prêts à voter Bayrou ! Pas beaucoup, c’est vrai, mais y’en a ….
– Des centristes, mais ça, c’est normal. On serait déçu s’il n’y en avait pas !!!

Bref, Bayrou ratisse gratis et très large, fédérant tous les déçus, et donc, qu’est-ce que je vous disais, ce n’est point un vote de conviction, mais, encore une fois, un vote protestataire.

Reconnaissons à François Bayrou sa lucidité, puisque lui-même le dit :
"Je suis un vote utile, protestataire (…) mais constructif"

Tout est dans les mots "utile" et "constructif".

Par ces mots, Bayrou tente de se démarquer du vote protestataire traditionnel réservé aux deux extrêmes.
Entendez :
Ces votes protestataires traditionnels ne sont en rien utiles, ni constructifs, mais le mien, grâce à Dieu, Henri IV et tout le Béarn, oui …

C’est donc cela qui a bougé  : la protestation.
Ce vote protestataire qui jusqu’à présent ne servait à rien, sinon à pourrir l’ambiance, devient en se portant sur François Bayrou source d’espoir, de renouveau et d’avenir pour la France.

Certes.
Enfin, si tu veux …
Mais ça reste avant tout un vote protestataire, mon ami.
Pas un vote de conviction, donc d’adhésion à des idées, à un programme, à une vision de la France.

Seulement voilà, quand va venir l’heure de le dévoiler ton programme, François, il va falloir la jouer fine …
Car s’il ne répond pas aux exigences de la protestation, alors, c’est bien quatrième homme que tu finiras.
Autant dire que les semaines qui viennent s’annoncent palpitantes, à ce point que j’en bave de joie …
C’est une véritable partie d’échec qui s’engage.
Une véritable guerre des nerfs.
Et dans cette guerre, le premier qui bouge le mauvais pion a perdu [3].

Pour le reste, histoire de calmer tout le monde, il me semble utile et constructif de rappeler que François Bayrou est certes un troisième homme particulièrement fringant, mais qu’il a tout de même 15 points de retard sur Ségolène Royal et 17 sur Nicolas Sarkozy.
Faudrait quand même l’oublier, non plus.
J’en vois qui proteste, mais c’est pour le moment la virtuelle réalité.

Oh … j’allais oublier un truc très important !
La marge d’erreur dans ces sondages est OFFICIELLEMENT de + ou – 2,5 !
En appliquant cette marge d’erreur aux trois sondages [1] ça replace Bayrou au niveau de … Le Pen.
Et ça, c’est pas vraiment une bonne nouvelle pour Bayrou … et pour nous tous …

[1] IFOP : Bayrou 3ème avec 12% – BVA : Bayrou 3ème avec 12,5% – LH2 : Bayrou 3ème avec 14%

[2] En 2002, Chevènement et Bayrou se battaient comme des chiffonniers pour la place de 3ème homme .. C’est Bayrou qui a gagné .. En finissant 4ème … Derrière Jospin, le véritable 3ème homme …
3ème homme ?
Ca ne serait-y pas un piège à cons ?

[3] Exemple de mauvais pion : être socialiste et déclarer : "Mon programme pour la France n’est pas socialiste !"
Là, t’es éliminé direct.
Et Chevènement n’y est pour rien, le malheureux ..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s