Le Bon Plaisir

Y’a comme qui dirait d’étranges séries noires en ce bas monde …

Ainsi, nous sommes brutalement passés de la série des bébés congelés à celle des professionnels du cinéma refroidis. [*]
Dans l’ordre de disparition, et en une seule semaine :
Francis Girod le 19 novembre, Robert Altman le 20, et Philippe Noiret, hier, en plein journal télévisé.

Et bizarrement, c’est de Francis Girod, dont j’ai envie de parler.

Bizarrement, car je n’ai jamais été client de son cinéma.
Un cinéma qui, pour être clair, m’ennuie profondément.

Mais bon, hier soir, en deuxième partie de soirée, France 3 lui rendait hommage en (re)diffusant « Le Bon Plaisir« , et je me laissai tenter par ce film apparemment anodin de 1984 d’autant plus qu’il était servi par une belle brochettes d’acteurs :
Catherine Deneuve, Jean-Louis Trintignant, Michel Serrault, Hippolyte Girardot et Michel Auclair (toujours excellent, mais malheureusement tout aussi décédé que Noiret, Altman et Girod…).
Je précise bien « apparemment anodin » car, en réalité, il ne l’est aucunement.
C’est même un film particulièrement gonflé.
Je m’explique.

« Le Bon Plaisir » raconte l’histoire d’une femme qui se fait voler son sac à main.
Dans ce sac, une lettre.
Une lettre fichtrement instructive puisque le voleur y apprend qu’en 1974, sa victime eut une liaison avec un homme politique marié – à une femme stérile – et que de cette liaison naquit un enfant ; enfant que l’homme politique refusa de reconnaître afin de ne pas briser son couple, mais surtout sa carrière politique.

Or, cet homme est, présentement, l’actuel Président De La République.
Que va faire notre voleur de cette lettre ? 
Va-t-il la rendre publique et révéler ainsi à la France que son Président a un enfant caché ?

Oh bien sûr, aujourd’hui, tout le monde connaît l’existence de Mazarine, enfant longtemps caché de François Mitterrand ..
Mais en 1984, lorsque sur les écrans sort « Le Bon Plaisir », en plein 1er septennat de François Mitterrand, qui le savait ?
…. Hormis TOUS les journalistes bien informés mais sommés de se taire dont l’écrivain Jean-Edern Hallier qui ne brûlait que de le dire (Il le fit, d’ailleurs, mais encore fallait-il savoir lire entre les lignes de « L’Idiot International » !) ?

Et donc, avec le recul, il faut bien avouer qu’il était gonflé ce film – pas très bon, cela dit – de Francis Girod et ….
De Françoise Giroud !!!
Car le film est tiré d’un roman de Françoise Giroud (qui connaissait l’existence de Mazarine) c’est même elle qui se chargea de l’adaptation via le scénario.

Mais à l’époque, en 1984, le public prit « Le Bon Plaisir » pour une banale fiction…
Or, ça n’en était pas – vraiment – une…
Alors, au fond, et même si son cinéma ne valait pas celui d’Altman, il faut reconnaître que, d’une façon certaine, Francis Girod était un cinéaste qui en avait, un peu

[*] La série de crashes d’avions se situant généralement au mois d’août… Rarement au mois de juillet. Y’a une raison à cela : au mois de juillet, ça foutrait en l’air la saison des professionnels du tourisme.

 

AJOUT DU 3 DECEMBRE 2006 : 

Et voilà qu’il faut à présent y ajouter Claude Jade [1er décembre 2006] inoubliable partenaire de Jean-Pierre Léaud/Antoine Doinel dans « Baisers Volés », « Domicile Conjugal »ou « L’Amour En Fuite » de François Truffaut …

Publicités

A propos Philippe Sage

Empêcheur de tourner en rond.
Cet article a été publié dans Cinéma. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s